MAGAZINE

J’ai sauté le pas, je pars au Sri Lanka !

les marché de fruit colorés sont frequent au Sri Lanka

Valentine : attentes vs réalité au Sri Lanka

Vendredi matin, je prends un premier vol jusqu’à Doha, puis un deuxième jusqu’à Colombo. En sortant de l’avion, il est 6h du matin et le soleil est déjà levé. Une première sensation m’envahie : je sens la chaleur et l’humidité sur mon visage, la respiration d’un air chaud. Et oui Valentine, tu es bien dans un pays au climat tropical.

Sur la route depuis l’aéroport vers Colombo, les yeux écarquillés ne voulant pas rater un seul mètre de paysage, mon cœur me dit : ça y est, c’est le début d’une belle aventure ! La végétation verte fluo contraste avec la route, je vois au loin : palmiers, cocotiers, bananiers, et d’autres belles plantes. Je peux enfin évoquer l’adjectif ‘’luxuriant’’.

Un grand nombre de bouibouis sur la route, avec une tonne de fruits colorés. Que choisir : Petites bananes ? Mangues vertes, oranges ou jaunes ? Pastèque ? Alors, Madame nous fait gouter. Une explosion de saveurs et seulement un avant-gout de toutes les belles découvertes culinaires du Sri Lanka.  

Ça, c’était mon ressenti en arrivant.

Alors, si on comparait mes attentes avant ce voyage et la réalité sur place ?

La première chose que j’ai validé et vérifié a été la gentillesse et bonne humeur de la population Sri Lankaise. Sans aucun doute, recevoir de beaux sourires, être aidée sans même demander son chemin et bénéficier de cette générosité, m’ont montré la beauté du partage au Sri Lanka.

Ensuite, quand je lisais ‘’rice and curry’’ avant de venir, j’imaginais un bol de riz soupoudré de curry jaune. Malheureuse ! Le rice and curry, à la première bouchée je suis restée bouche-bée. Une base de riz et au choix différentes garnitures : poisson grillé, Dahl de lentilles, noix de coco râpée épicée, mangue sucrée-salée, persil émincé, oignons, et tant d’autres merveilles. Pour agrémenter le tout, un papadum croustillant et quelques piments si téméraires. Le rice and curry est définitivement devenu comme ma baguette de pain en France.

Une autre chose, les couchers de soleil. On en parle des couchers de soleil ? Les pieds dans le sable, les embruns, une noix de coco fraîche, installée sur une fouta, on admire le coucher du soleil aux reflets jaunes, oranges, puis roses, voire même violets. Une sorte d’arc-en-ciel qui nous fait oublier l’instant présent.

En discutant avec mes collègues Lucile et Pili, nous avions toutes un ressenti et des attentes différentes en arrivant au Sri Lanka. Comme chacun lorsqu’il découvre le pays. Je les ai alors interrogées sur leur arrivée dans le pays :

Lucile, quelle est ta première expérience au Sri Lanka ?

Déjà en France, j’avais préparé dans mon carnet qui ne me quitte jamais, les mots de premières commodités : Ayubowan, Istouti, Magae Nama Lucile… Je souhaitais comme lors de tous mes voyages avoir une interaction avec les locaux.

Lors de mon arrivée à Colombo, premier Tuk-tuk, je me lance dans des explications avec le taxi driver. Il sent que je fais un effort, en glissant quelques mots en cinghalais. Il nous répond avec un anglais plutôt approximatif, déjà des premiers sourires !

En se baladant dans la ville, j’en prend plein les yeux : Le saree des Sri Lankaises si colorés, les petits shops en bord de route aux légumes inconnus, les palmiers… Je réalise complètement que je vais vivre une expérience incroyable.

Mon premier repas au Sri Lanka fut l’incontournable Rice and Curry. On termine ce repas notamment par les Kawum, un gâteau de farine de riz avec de la cardamone. Il existe aussi des galettes de noix de coco, les Wellahahum. Un vrai délice. A déguster aussi bien pour le petit déjeuner que pour le tea Time.

Evidemment, le thé noir de Ceylan est de rigueur. Les locaux le boivent très sucré et/ou avec du lait. Il y en a pour tous les goûts.

Autre spécialité locale : le Falooda, cette boisson très rafraichissante à base de lait, rose, graines de basilic et crème glacée. Un vrai délice.

Lors de mes différents déplacements en ville, je remarquais petit à petit des lanternes, des lumières, des drapeaux. C’est la préparation du Festival de Vesak que Pili vous racontera. Une expérience authentique et de partage avec les locaux. Et puis tout à coup, je suis tombée sur le bâtiment du Dutch Hospital dans le quartier du Fort.   Encore une très belle découverte puisque l’architecture est complètement différente du reste de la ville. C’est le bâtiment le plus ancien de Colombo, où se succède shops, restaurants, bar en rooftop. Nous sommes en plein cœur du centre historique. Un conseil, allez boire un verre sur la terrasse du Botanik au coucher du soleil, la vue est vraiment sublime.

Je me sens tellement privilégiée de vivre ces moments.

Ça y’est, je l’ai fait, j’y suis. Il me tardait déjà de tout découvrir.

J’étais convaincue que j’allais adorer ce magnifique pays.

Pailaigaaenaïmae Sri Lanka !

Pili quel est ton premier regard sur le Sri Lanka ?

Avant mon départ, je m’étais renseignée sur le Sri Lanka à travers des blogs de voyageurs ou les émissions de télévision comme “les Espagnols dans le monde”, mais rien ne te prépare vraiment à la découverte de cette magnifique île.

A l’arrivée à Colombo, le premier impact à tous mes sens : j’adore la chaleur, je suis espagnole, mais ici c’est différent, c’est une chaleur humide, celle qui t’enveloppe. L’odeur des épices, le parfum musqué que les femmes utilisent sur leur peau et leurs cheveux, aux fruits mûrs, aux fleurs. La langue, cette intonation sonne comme des clochettes, glin glin glin, c’est très chantant et leur dodelinement de tête de droite à gauche quand ils parlent (pour dire oui, non, peut-être…) m’enchante. Et enfin, la nourriture, piquante, épicée, mais délicieuse.

Ma première rencontre avec un tuk tuk était amusante. Ils conduisent la main sur le klaxon, tout en gardant le contrôle, ‘’all is under control Madam’’. Fou rire. Les tuk-tuk, il y en a de toutes sortes, simples, décorés à l’intérieur avec des vinyles du film « Pirates des Caraïbes ». D’autres décorés avec de belles décorations métalliques.  Et pour les plus audacieux, avec des haut-parleurs à l’arrière et des néons en guise de discothèque mobile ou avec une tablette suspendue diffusant des clips de Bollywood pour divertir les clients. Et enfin, ceux qui décorent leur tuk-tuk avec des signes distinctifs religieux, un petit bouddha, une croix ou encore la photo de leur épouse… Mieux que le métro avouez.

J’ai eu le privilège d’être présente à Colombo pour le festival bouddhiste de Vesak, cette fête commémore la naissance de Siddhârta Gautam, sa transformation en Buddha et sa mort. Colombo était décoré de milliers de lanternes en papier, et ses temples étaient ornés de lumières de mille couleurs, comme un sapin de Noël. Tous les croyants, discrètement de façon très ordonnée, entraient dans les temples pour offrir à Buddha des fleurs et de l’encens. J’ai décidé d’aller dans deux des plus beaux temples de Colombo : celui de Seema Malakaya, qui se trouve sur l’eau du lac Bere, et celui de la Gangaramaya. Dans ce dernier, j’ai passé plusieurs minutes à observer, n’étant pas Bouddhiste, et je ne me suis cependant jamais sentie rejetée. Je fus transportée dans une sorte d’osmose, mélangée de prières et d’odeurs de fleurs et d’encens. Finalement, j’ai regardé l’heure et j’ai réalisé que j’étais assise là depuis presque une heure alors que je pensais être restée seulement quelques minutes, le temps s’est arrêté. C’était magique.

Je suis ici depuis quelques mois et j’ai hâte de connaître toute l’île. Je crois et je sais que je vais aimer cette nouvelle aventure, et je vais l’apprécier jours après jours.

Vous avez récemment regardé ...

Dolphin et whale watching au Sri Lanka

Agampora art martial Sri Lankais

L’angampora, un art martial ancestral du Sri Lanka

Plage de Mirissa secret beach

Un hiver au soleil : les plus belles plages du Sri Lanka

Atypique Fondation sponsorise la Trialthele Puvini pour les championnats du monde d’Iron Man 70.3 à Nice

Elephants du Milemjium elephants sanctuary

A la rencontre des éléphants du Sri Lanka !

LEAVE A COMMENT