Parc National de Yala : réserve naturelle du Sri Lanka
A VOIR AU SRI LANKA Sri Lanka

Parc National de Yala : réserve naturelle du Sri Lanka

Le Parc National de Yala est la deuxième plus grande réserve naturelle du Sri Lanka et de loin la plus visitée. C’est à Yala que l’on a le plus de chance de voir le fameux léopard Panthera pardus kotiya, endémique du Sri Lanka. Avec sa population de 30 à 40 félins, le parc national de Yala renferme la plus grande concentration de léopards dans le monde. Le moment le plus propice à leur observation court de février à juillet, en pleine période de sécheresse et quand, à l’aube ou au crépuscule, les animaux se regroupent autour des derniers trous d’eau.

Le Parc de Yala est situé dans la région sud-est du Sri Lanka, une région semi-aride, recevant pendant la mousson de novembre à janvier 1 000 mm de pluie. À partir du mois d’avril, de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs s’installent au parc pour quelques mois afin d’échapper à l’hiver plus au nord. Dans le parc de Yala, une demi-journée d’excursion peut donner à voir plus de 100 espèces d’oiseaux différentes, dont des raretés telles que le malcoha à face rouge, malcoha à face bleue, le tantale indien, le calao de Malabar, le marabout chevelu (le plus grand oiseau du Sri Lanka) ou le très rare jabiru d’Asie. La zone des salines de Palatupana, quelques kilomètres avant l’entrée du parc, est également un endroit merveilleux pour observer les oiseaux aquatiques.

La réserve naturelle est divisée en 5 blocs dont un seul est ouvert au public. Elle comprend une partie de jungle broussailleuse, de vastes forêts sèches, de grandes étendues de savane, plusieurs rivières, des lacs, des lagunes, sans compter la côte qui serpente tout le long avec des plages des falaises et des mangroves. Les plages sont un lieu de ponte pour les cinq espèces de tortues de mer habituée des côtes sri-lankaises. Les falaises offrent des points de vue spectaculaires sur le paysage du parc.

Cette grande disparité d’habitats favorise une intéressante répartition de la faune. Il existe jusqu’à 32 espèces de mammifères dans le parc, dont le curieux ours lippu ou ours paresseux (Baloo pour les intimes). Pour avoir la chance d’observer un ours paresseux, les mois de juin et juillet sont les plus prometteurs. C’est à cette période qu’ils grimper aux Rayan tree ou Khirni, pour croquer dans leurs fruits dès qu’ils arrivent à maturité.
Deux espèces de crocodiles sont aussi visibles à Yala, le crocodile des marais et l’impressionnant crocodile marin. On trouve également de nombreuses espèces de serpents, un des plus communs étant le python indien qui peut atteindre 3 m.

Yala faisait autrefois partie de l’ancien royaume cinghalais de Ruhuna. La quantité de lacs artificiels (réservoir) datant du Ve siècle av. J.-C. montre que Yala était un grand centre agricole alimenté par un système d’irrigation de grande échelle. L’ancien monastère de Situlpahuwa, qui est encore aujourd’hui un important centre de pèlerinage, abritait environ 12 000 personnes, dont plusieurs milliers de moines bouddhistes.

De leurs côtés, grands amateurs de chasses au gros gibier, les notables Britanniques occupaient Yala comme terrain de jeux pendant la colonisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE